PATRICE MARTINET, LANCEUR D’ALERTE

Patrice Martinet, le président de Leytron, est un lanceur d’alerte. Sous le joug de l’État du Valais, du chef du département des finances, du service cantonal des contributions et de la commission cantonale de recours en matière fiscale, il a décidé que son devoir de magistrat communal était de dénoncer des pratiques plus proches de celles de la mafia que du scoutisme. Ne pouvant encaisser des impôts dus par un haut fonctionnaire promu, il a estimé, en son âme et conscience, que le temps était venu de ne plus laisser respirer les ennemis de la démocratie. Il est donc venu dans la Cité exprimé l’inaudible, cette fâcheuse tendance du système à soigner avec un attachement tout particulier ceux dont le vrai métier était de couvrir le champ d’immondices inéquitables diffusées par la noblesse dominante. 

 

Jean-Marie Cleusix s’est peut-être cru autorisé à penser qu’un haut fonctionnaire marié, ou non, à une professeure fonctionnarisée, pouvait, au gré des fantaisies administratives de la CCR et de ses composants de l’époque, être dispensé de s’acquitter de dettes fiscales qui, laissées reposer, auraient la saveur d’un grand Yqem millésimé ou mieux encore d’une Mouline amoureusement partagée. 

Patrice Martinet est un lanceur d’alerte, parce qu’il a eu le courage de ne pas accepter l’inacceptable. Il a précédé le Grand Conseil en s’opposant à un laxisme servile et illégal. Devrait-il être condamné qu’il conviendrait alors de lui ériger une statue non pas à Leytron, mais à Sion, à l’intersection géométrique du Palais de justice, de l’immeuble du fisc, du Palais du gouvernement et du Bâtiment Aymon, soit plus précisément localisé, au milieu de la Place de la Planta. 

Si le courage civique est encore une vertu, Maurice Tornay dénicherait des fonds pour les confier au meilleur des sculpteurs valaisans pour que, toutes affaires cessantes, il se mette au travail sur son bronze favori. 

En signe de réconciliation et d’harmonie, on n’exclurait pas d’inviter à l’inauguration de ce moment de vérité mis en sculpture le contribuable nécessiteux. 

Bonjour à tous les défiscalisés !

Une pensée sur “PATRICE MARTINET, LANCEUR D’ALERTE

  • 2 avril 2017 à 16 h 00 min
    Permalink

    Bon, dans cette hypothèse où Raboud créerait le buste de Martinet, on pourrait demander à Riand, ce jour-là, de féliciter par un discours …

    ….

    Cleusix !

Commentaires fermés.