MERCURE. LE POGNON AVANT LA SANTE - L'1dex

MERCURE. LE POGNON AVANT LA SANTE

Le Valais institutionnel vient de démontrer qu’il préfère le pognon, les gros sous et le fric à la santé et au bien-être de ses citoyens. Et plutôt deux fois qu’une.

 

Dans les affaires d’argent, l’affaire BCV-DORSAZ, l’affaire Loèche-Les-Bains, l’affaire CRPE, dans ces affaires de très gros sous, le Grand-Conseil avait choisi la voie de la CEP (Commission d’Enquête Parlementaire). Dans cette affaire du Lonzagate, qui touche à la santé des populations d’ici et d’ailleurs, et à leur bien-être, le même parlement a choisi, à deux reprises, en 2014 et en 2018, de refuser d’enquêter ou de désigner une CEP, le PDC et le PLR s’alliant dans un jeu de défense de gros intérêts qui ne sont à l’évidence ni ceux des citoyens, ni ceux de la démocratie et de la transparence.

 

Le fait de transmette une charge d’information à la Commission de gestion, en raison de la prétendue nécessité de limitation des coûts, est un leurre. La Commission de gestion, si elle entend exécuter ses tâches ordinaires, n’aura plus le temps nécessaire pour prendre soin du mercure. À l’inverse, si la Commission de gestion entend tirer au clair toute l’affaire du Lonzagate, elle n’aura plus le temps de réaliser sa mission première de contrôle de la gestion de la bonne exécution des choses étatiques ordinaire du Conseil d’État. Dans l’une ou l’autre hypothèse, la démocratie aura perdu un peu plus d’épaisseur.

 

La majorité des citoyens représentés paraît s’en contenter.

 

Bonjour à tous les malades atteints par le mercure !

 

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, avocat, notaire, rédacteur en chef de L'1Dex (1dex.ch).

8 pensées sur “MERCURE. LE POGNON AVANT LA SANTE

  • 9 mars 2018 à 9 h 24 min
    Permalink

    On maltraite animaux de boucherie , pour en faire un charmant etal ….

    On injecte à un peuple des mensonges en séries , pour en faire de jolies façades .

    Voila les vrais JO , l on caracole la crédibilité ; aux mouettes ; de proses en mare de tares !

    Qui sommes nous ? Des bêtes de sommes , sans voix . Ni voie …

  • 9 mars 2018 à 11 h 29 min
    Permalink

    oui, 40 ans de pollution de la planète mercure toute entière (comme sur la photo là) et ça vaut même l’engagement d’une CEP, on se demande vraiment de quel bois sont faits nos députés !!!
    Sont-ils seulement humains ? A-t-on fait des tests ? On se le demande.

  • 9 mars 2018 à 13 h 37 min
    Permalink

    Oui, manifestement l’argent passe avant la santé. La gestion de la pollution du mercure en est un exemple.

    Les industrie chimiques et métallurgiques se sont installées en Valais au XXème siècle. Les ressources en énergie étaient bon marché, et un personnel peu gourmand, ainsi qu’une population trop respectueuse des autorités politiques. La direction de ces entreprises l’a très bien compris et en a joué pour la gestion sans respect des déchets, de la pollution et des maladies associées.

    La direction de ces entreprises s’est comportée face à la population et à ses gouvernants de façon coloniale en agitant l’argument à prendre ou à laisser. Et quand il n’y a plus eu d’intérêt à exploiter une entreprise en Valais, ces entreprises sont parties ou ont été vendue, laissant en friche des zones industrielles à déconstruire et des sites secrets de déchets à gérer.

    Le développement de ce type d’entreprise s’est fait dans un espace de non droit. Avec le recul, la situation vécue en Valais est analogue à celles subies par d’anciens pays colonisés. Ni plus, ni moins : tout a été sacrifié à un profit dont le Valais n’a pas profité

    Et manifestement ces comportements sans éthique se perpétuent, car si le décalage a été trop grand entre le discours politique et les faits, ce décalage reste encore terriblement présent.

  • 9 mars 2018 à 18 h 32 min
    Permalink

    Une gestion révélatrice des priorités pour certains en Valais, probablement dans le but de la sauvegarde de certains!

    Cette affaire est un scandale en soi, sordide de par le mépris flagrant à l’égard de la population concernée, et maintenant les représentants de la population se contentent de cette solution et l’acceptent, stupéfiant !

    Quel sens des responsabilités et quel courage!
    Il faudrait leur mettre en boucle le film avec Julia Roberts (Erin Brockovich), en sus d’apprécier son physique avantageux, il pourrait leur revenir en écho, aussi un message citoyen!

  • 9 mars 2018 à 20 h 46 min
    Permalink

    En fait, on ne pourrait écarter que la marche arrière soit enclenchée, c’est ce qu’on qualifie de régression.

    La première des affaires citées: (BCV DORSAZ), c’est seulement suite aux révélations de l’Agefi que les responsables politiques se sont vus contraints de mettre sur pied une CEP – souvenez-vous de la tournure tentée dans un premier temps à cette affaire.

    Cette affaire avait affaibli le parti majoritaire.

    Dans le cas présent, il serait intéressant de connaître dans quel sens ont voté les représentants des partis dits progressistes!

    • 12 mars 2018 à 20 h 07 min
      Permalink

      Facile à obtenir le résultat des votes de 2015 concernant la CEP mercure, tout est en ligne. Voila le résumé :
      PLR : contre
      CVPO : contre
      PDCB : contre
      CSPO : contre
      PDCC : contre
      Les Verts : contre
      AdG/LA : pour
      UDC : pour

  • 10 mars 2018 à 9 h 58 min
    Permalink

    Il n’y a pas besoin de chercher bien loin. Tant qu’ils seront majoritaires, ce sera toujours le merdier.
    Prochain épisode, les JO !

  • 12 mars 2018 à 14 h 52 min
    Permalink

    Le canton de Vaud pourrait s’inviter au débat !
    NF de ce jour.

Commentaires fermés.