LA PAROLE D'UN PROCHAIN CONSEILLER D'ETAT : "C'EST UNE VICTOIRE COLLECTIVE" - L'1dex

5 pensées sur “LA PAROLE D’UN PROCHAIN CONSEILLER D’ETAT : « C’EST UNE VICTOIRE COLLECTIVE »

  • 11 juin 2018 à 7 h 19 min
    Permalink

    Et oui! Il faut être honnête et reconnaître que cet homme ã une carrure d’homme d’Etat. Durant ce délire de campagne sur les jeux, ses interventions ont été d’une grande qualité. Et même si on n’apprécie pas l’UDC, il convient de le souligner.

    Répondre
  • 11 juin 2018 à 8 h 01 min
    Permalink

    Sans conteste le futur remplaçant de Favre.

    Répondre
  • 11 juin 2018 à 9 h 50 min
    Permalink

    Oui, une belle victoire collective, surtout lorsque le collectif compte dans ses rangs des gens d’une compétence telle que celle qu’il a démontré durant cette campagne d’intoxication, indépendamment de toute appartenance politique.

    Tout comme, au demeurant, Barbara Lanthemann qui inlassablement et pertinemment rappelé des priorités autrement plus importantes que ces JO pour la population, dont l’injustice sociale, les répercussions du coût de la santé pour les moins favorisés ou la mise en place urgente de structure adéquates pour les aînés.

    Répondre
  • 11 juin 2018 à 11 h 49 min
    Permalink

    Après le pronostic de Me Riand pour les JO 2026, voici la prochaine combinaison possible pour 2021:
    2 PDC
    1 PLR
    2 UDC

    1 PS (ou pas)

    Darbellay et Schmidt
    Favre (Ou pas. Peut-être un(e) autre PLR)
    Ruppen et Fauchère

    Reynard qui n’y arrivera pas

    Parce que plus personne au PDC ne pourra sauver une dernière fois un troisième siège
    Parce que le Haut voudra conserver 2 élus et que Roberto Schmidt n’a pas de soucis à se faire
    Parce que l’UDC va profiter de ces deux points ci-dessus

    Parce que le PS n’arrivera pas à faire élire le docte hérault de Savièse. On a déjà donné et ce n’est pas Rossini qui va se mouiller. Ni les Verts.

    Et la bonne mémoire du bon peuple valaisan de se rappeler les votes systématiques contre le Valais dudit jeune porte-drapeau du socialisme.

    Une inconnue cependant: quel a été le deal le soir de la nuit des longs couteaux de décembre 2007 (ou des petits canifs!) entre Levrat et Darbellay ? On t’aide mais après tu nous aides?

    J’ouvre les paris,….

    Répondre
  • 11 juin 2018 à 12 h 29 min
    Permalink

    Il est une conviction que l on ne construit rien sur des lots de casseroles qui pourraient ce changer en boulets aux pieds .l indignité de la confiance à gagné !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.