Football Leaks. Paul Pogba, les paradis fiscaux et Mino Raiola

(PAR OUEST FRANCE [VIA L'IMPORTANT])

 

La suite des révélations des Football Leaks continue. Ce vendredi, Médiapart révèle que les droits à l’image de Paul Pogba, milieu de terrain français, sont gérés depuis un paradis fiscal, à Jersey. Sur fond de conflit entre agents et question de gros sous, l’histoire de la marque « Paul Pogba » est très complexe. Son agent star, Mino Raiola, est également cité dans l'affaire. Le joueur et l'agent auraient profité de plusieurs paradis fiscaux, en plus de Jersey selon les révélations de Médiapart.

Les Football Leaks avaient prévenu : les révélations du plus gros scandale financier du football allaient durer trois semaines. Médiapart avait par ailleurs annoncé qu’ils allaient dévoiler quelques affaires liées aux joueurs français et à la France. Ce vendredi, c’est le nom de Paul Pogba, joueur le plus cher de l'Histoire, qui a été cité dans le scandale des Football Leaks. Le joueur serait suspecté d’avoir basé la gestion de ses droits à l’image à Jersey, un paradis fiscal.

Le site d’information précise que « la marque « Paul Pogba » appartient aujourd’hui à une société immatriculée dans l’île de Jersey et baptisée Aftermath Limited. Cette coquille offshore est détenue par un prête-nom, […] une pratique courante qui fait le charme (et l’opacité) de ce paradis fiscal. »

Son agent a touché autant que lui à la Juventus

Autre précision sur le cas Pogba : les histoires d’agents. Médiapart révèle que son agent actuel, Mino Raiola, aurait touché 10 millions d’euros durant le séjour du joueur de Manchester United à la Juventus Turin. Soit autant que le joueur lui-même sur ces 4 années. Une rémunération exorbitante qui n’a pas trouvé de justification auprès du club turinois, surtout que le nom de l’agent n’apparaît nulle part sur les documents retrouvés et révélés par Mediapart.

L’article du site revient aussi longuement sur le conflit d’intérêts entre les différents agents du joueur français. Un conflit qui repose sur la question des droits à l’image du joueur justement. Une bataille entre agents qui aurait forcé Mino Raiola a racheté ces droits pour 10 millions d’euros, répartis entre deux agents (Ylly Kullashi et Oualid Tanazefti). Un rachat des droits qui a permis la signature du contrat de Pogba et Adidas (estimé entre 25 et 40 millions d’euros). Un contrat qui serait géré par la société Aftermath Limited. Celle-là même basée à Jersey, dans un paradis fiscal