MÉLENCHON OU L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSÉ par ÉDOUARD PHILIPP

(PAR EDOUARD PHILIPPE [VIA REVUE CHARLES])  

L'1Dex : Avant qu'il ne soit premier ministre, Edouard Philippe a décrit Jean-Luc Melenchon dans la Revue Charles. A mettre dans les mains de tout un chacun.

 

C’est certainement parce qu’il ne l’a jamais rencontré qu’Édouard Philippe peut tracer en toute équanimité un portrait vif et sincère de    Jean-Luc Mélenchon.

Ce fidèle juppéiste ne partage évidemment pas grand-chose, idéologiquement parlant, avec le leader du Parti de gauche.

Et pourtant, en grattant un peu…

  À droite, on aime bien Mélenchon.

Mélenchon à Marseille : hommage à la paix, poésie et respect !

(PAR CLAIRE VERILHAC)   Jean Luc Mélenchon a choisi de terminer son discours sur la Paix à Marseille par ce poème de Yannis Ritsos. Quelle image d'espoir que cette France Insoumise, en plein air, sur le Vieux Port, devant la Canebière, criant sa résistance et observant une minute de silence en hommage aux migrants morts en Méditerranée. Et quelle réhabilitation de la politique qu'un candidat qui nous respecte, enfin !

EST-IL ENCORE PERMIS DE VOTER A GAUCHE QUAND ON EST DE GAUCHE ?

(PAR BERNARD GENSANE)   Très bonne question que se pose Gérard Miller.   Ainsi donc, parmi d'autres hommes de gauche insoupçonnables, Patrick Braouzec, ancien député-maire communiste, "mesurant les conséquences dramatiques d'un second tour droite-extrême droite", vient d'annoncer dans Le Monde daté du 8 mars, qu'il votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour. Et ceci après avoir commencé par ces mots : "Chacun connaît
 mes convictions et mes engagements". Je l'avoue : les bras m'en tombent !
 Jusque là, l'élection présidentielle permettait d'appliquer un principe simple, q [...]

Kerviel – Mélenchon. De la fumisterie d’une fausse icône à l’idéologie

A la Fête de L’Huma, Jean-Luc Mélenchon a déconné grave. Et Jacques Généreux a osé le soutenir. Tous deux ont voulu sanctifier le trader Kerviel en le présentant comme une sorte de saint et de martyre de la lutte contre la finance mondiale. A dire vrai, il fallait oser !