SION JO 2026. CYRILLE FAUCHERE, LE SUPER ROUGE ! (200) - L'1dex

SION JO 2026. CYRILLE FAUCHERE, LE SUPER ROUGE ! (200)

Infrarouge a opposé hier soir, sur la RTS, deux triplettes bien différentes. Sur le ring, à votre droite, Cottagnoud, Barbara et Fauchère; à votre gauche, Bournissen, Adolf et Frédéric. L’équipe des Rouges contre l’équipe des Bleus. Un trois contre trois, à la mode basket de rue. Mais, sans suspense. Un peu comme si, à la balle au panier, Grau, Roessli et Buttet avaient une quelconque chance dans un match d’une heure, chrono en main, de battre Durant, James et Curry. Un match déséquilibré. La RTS tenta bien de rétablir de l’égalité dans le jeu en faisant venir sur le terrain le directeur du CIO, Monsieur Dubi. Mais, même à quatre joueurs contre trois, le résultat était couru d’avance.

Une brève analyse poste par poste démontre que tout cela n’était pas très balancé. Madame Bournissen, c’est un peu Les Herbiers affrontant le PSG en finale de la Coupe de France. On aimerait que le petit marque un but, mais on sait que cela ne va pas arriver. Barbara Lanthemann préside le PS valaisan et a évité les petits jabs de son adversaire sans devoir trop se fatiguer. On sent chez elle qu’elle ne va pas se laisser embarquer par des arguments émotionnels sans mettre sur le tapis, de manière opportune, la question du financement des vrais projets sociaux qui intéressent les gens. Ogi versus Cottagnoud, on aurait pu croire à un match plus équilibré. L’âge parait avoir fait la différence. Le KO n’était pas très éloigné lorsque Alain Cottagnoud rappela à Adolf Ogi ce que le Bernois avait dit à Séoul : « La Suisse n’a plus d’amis ». Comment dès lors imaginer que le Valais puisse obtenir ce que Adolf n’as pas réussi contre Torino ! Et, enfin, Cyrille contre Frédéric ? Si un martien avait débarqué sur le plateau eût-il pensé, avant le premier mot, que le Conseiller d’Etat en exercice était l’UDC ou le PLR ? Les avis peuvent ici diverger, mais il est clair que la sémantique et la logique, assorties d’une sorte de vertigineuse sérénité, étaient du côté du Bramoisien et non pas du côté du chef du commandant de la police.

Le quatrième joueur, senor Dubi, devait rétablir une certaine parité dans le jeu. Mais c’était compter sans Cyrille, le Rouge, le Très Rouge, qui a asséné son direct du gauche, du gauche, je vous le dis, pas du droit, avec son gant rouge, en pleine face de tous les participants. En substance, il a dit du haut de sa stature animée d’une cravate bleue : « Je suis opposé à ce que de l’argent public puisse financer le business modèle du CIO ». Très rouge, en fait, cet argument. On comprend mieux que Cyrille Fauchère, du coup, se soit assis librement à côté de Barbara Lanthemann pour mener ses attaques très ciblées contre un projet Sion 2026 qui ne convainc personne, pas même au fond d’eux les fervents partisans du OUI.

Le Valais, à l’exemple du trio vainqueur, ne doit rien craindre. Il doit, avec force, dire au CIO, à ses faux leaders et à ses communicants absents, qu’il ne veut pas de ces Jeux et le dire non pas d’une petite voix, mais de manière ample, forte, sérieuse, d’une telle manière que le CIO aura compris que sa suffisance méritait cet énorme coup de pied aux fesses.

Et que le monde entier parle alors d’un Valais fort, convaincant, indépendant, libre et tourné vers un futur harmonieux.

La futilité d’une fête doit laisser sa place à la conviction d’hommes nouveaux, forts, intelligents, déterminés et vrais. Les minoritaires ont montré hier soir sur la RTS, même en l’absence des Verts, qu’ils savaient jouer en équipe lorsque l’avenir du Valais est en jeu.

L’équipe des Rouges aventuriers a gagné et a décidé de se débarrasser des Bleus … et leur décision est irrévocable !

Bonjour à tous les électeurs valaisans qui apprécient Koh-Lanta !

 

Référence Infrarouge :

https://www.rts.ch/play/tv/emission/infrarouge?id=404386&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Stéphane Riand

Licencié en sciences commerciales et industrielles, avocat, notaire, rédacteur en chef de L'1Dex (1dex.ch).

9 pensées sur “SION JO 2026. CYRILLE FAUCHERE, LE SUPER ROUGE ! (200)

  • 17 mai 2018 à 9 h 04 min
    Permalink

    Ayant vu le débat infrarouge, j’ai été favorablement impressionné par les intervenants défendant le non aux JO 2026 à Sion, particulièrement par la performance d’un Cyrille Fauchère. Pour moi qui suit à l’opposé des thèses défendues par l’UDC, j’ai vu dans l’attitude de Cyrille Fauchère un homme capable de fonctionner dans un exécutif, i.e. capable de trouver des consensus avec d’autres partenaires, drivé par le bien commun. Cela nous change de la majorité des élus (certains non-réélus) de ce parti qui a grandi en étant partiellement dans l’opposition. Cyrille Fauchère, un homme de gouvernement ?

    Répondre
  • 17 mai 2018 à 12 h 43 min
    Permalink

    Oui, entièrement d’accord. Voilà quelqu’un qui pourrait apporter un véritable renouveau dans cet exécutif cantonal qui ne brille pas pour les réponses concrètes qu’il apporte aux Valaisans qui les ont portés au pouvoir.
    Dans ce débat, Cyrille Fauchère a été, avec Barbara Lanthemann et Alain Cottagnoud , très clair et convaincant. Les propos d’Adolf Ogi prouvent évidemment qu’il faut voter non. Chantal Bournissen aurait eu avantage à rester dans la vallée et, le vice-président Sion 2026 Frédéric Favre, de s’occuper des affaires institutionnelles dont il y la responsabilité.

    Conclusion : La baffe se précise. Primo, ce sera NON et, secondo, les RESPONSABLES POLITIQUES de ce Valais d’après les JO de Sion 2026 auront du souci à se faire. Ils devront expliquer aux électeurs pourquoi ils n’ont pas su, pas voulu, agir dans le véritable intérêt du Valais en s’attaquant aux vrais problèmes (urgents ou importants) de notre canton, plutôt que de courir après des chimères olympiques.

    PS n° 1. Quels problèmes urgents et importants ? Lisez ou relisez donc l’1Dex : Stéphane Riand, les autres auteurs et les milliers de blogueurs les évoquent jours à près jours depuis des années, tout au contraire du NF, par exemple (lorsqu’il y est contraint) ! Vous ne lisez pas le blogue ? Il est grand temps de vous y abonner…

    PS no 2. Cyrille Fauchère : pa capona !

    Répondre
  • 17 mai 2018 à 15 h 49 min
    Permalink

    NON aux J.O tout simplement.
    Le résultat sera flagrant dans les urnes !

    Répondre
  • 17 mai 2018 à 17 h 59 min
    Permalink

    Frédéric Favre était si mal fringué qu’il évoquait un employé des pompes funèbres… Prémonitoire ?

    Répondre
  • 17 mai 2018 à 18 h 17 min
    Permalink

    Un oui dans les urnes serai un pas en avant pour le développement et le bien de notre canton qui a besoin du soutien de tous et que vous le vouliez ou non les JO sont une première pièce de l’immense chantier qui attend notre coin de pays .
    Le risque en vaut largement la peine et pas seulement pour nos sportifs et la jeunesse du Valais mais pour la population toute entière et pour des infrastructures qui permettrons au
    Canton de se positionner sur des évènements futurs.
    Sans pour autant dénigrer les opposants .
    Je pense que nous sommes prêts pour un tel projet et qu’il ne faut pas laisser a d’autres de telles opportunités.
    Ces jeux si tout le monde travaille main dans la main n’empêcheront en rien le développement des priorités cantonales mais au contraire donner un bon coup de fouet pour les 50 prochaines années.

    Répondre
    • 17 mai 2018 à 23 h 42 min
      Permalink

      Il a donc fallu attendre des JO pour faire bouger et avancer le Valais. Qu’a donc fait le Conseil d’État en matière de renouvellement touristique adapté aux besoins des années 2020-2030 alors que les Grisons, l’Oberland bernois et d’autres stations touristiques avancent à grands pas, sans JO ? Dans quel état se trouve notre réseau routier ? Pourquoi Melly veut-il rendre une large partie de celui-ci impraticable pour les automobilistes ? Pourquoi donc la Berne fédérale lui a-t-il retiré le dossier de l’autoroute dans le Haut-Valais ? Pourquoi les autorités valaisanne ont laissé la population exposée au effets néfastes et dangereux du mercure et voulu ici continuer à cacher la merde au chat si longtemps ? Que dirons les sportifs étrangers qui viendront dans le Valais supérieure s’ils
      suspectent que dessous ça peut mercurer ? Belles perspectives !

      Répondre
  • 17 mai 2018 à 19 h 52 min
    Permalink

    Y aura de la neige et des patates chaudes !
    Plus de parapluie …

    Répondre
  • 18 mai 2018 à 8 h 06 min
    Permalink

    Comme l’a dit un personnage extérieur au canton qui a observé sans les connaître Cyrille Fauchère et Frédéric Favre, le premier a la stature d’un homme de gouvernement, pas du tout le deuxième qui devrait faire autre chose dans la vie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *