Camarade syrien j’ai lu ton tweet

J’ai lu ton tweet entre les états d’âme sur la platitude des choses J’ai lu ton tweet entre les listes qui numérotent l’importance d’une vie sans gluten J’ai lu ton tweet, sorte d’adieux brefs qui synthétisent à eux seuls une bêtise humaine immonde J’ai lu ton horreur quotidienne au creux de mon écrin de vie J’ai lu ton tweet, puis dix, puis cent Billets au vent J’ai lu vos tweets camarades, semés au vent des balles, au vent des cris d’enfants Hurlements qui s’évaporent dans les Mac Do, qui se noient dans les trop pleins occidentaux   J’ai lu ton tweet, toi sans doute déjà parti Toi parti dans l’ignorance générale dans ce scandale monumental J’ai lu ton tweet les mains au chaud, le cœur à l’abri et [...]

Demain à l’aube, et si c’était moi

African-migrants-boat-to-EuropeEncore une nuit. Une nuit sans sommeil, à rester serrés les uns contre les autres. A tressaillir au bruit des bombes au loin. Et surtout, à attendre l’aube. Encore une nuit à revoir inlassablement les rues joyeuses de ma ville. Les arbres, les passants insouciants. Encore une nuit à me demander où ils sont tous passés. Certains ont payé cher pour traverser les montagnes. D’autres sont morts. Nous n’avons plus de villes, nous n’avons plus de nom.   Longtemps nous avons cru que cela cesserait. Que les fous, en face, retrouveraient la mémoire et la fierté de notre pays. Qu’ils arrêteraient de croire que c’est en tuant à l’aveugle que la docilité s’imposera. Longtemps j’ai cru que rester était [...]

Le Bien et le Mal pour soi, le Mal et le Bien pour les Autres

AFAFAFF(Par PIERRE AVRIL)  

S’incliner devant les morts et les corps meurtris d’abord. Ensuite, se laisser porter par le besoin de lien qui fait urgence, à son modeste et limité niveau. Mobiliser sa conscience et sa pensée, enfin.

La mort nombreuse et gratuite devient un charnier d’absurdité, le mauvais endroit au mauvais moment, la barbarie, une jouissance de la destruction et la victime, une innocence.

La mort glorieuse contre la vie pourrie

Gang-Violence1(Par PIERRE AVRIL)   J’ai souvent développé l’irruption du paradigme de l’état de guerre et de violence. Cette irruption brutale, dans une nouvelle version de la terre brulée apparait dans les années 2000. Elle est à l’avantage d’une certaine vision du monde : faussement concurrentielle, autoritaire, brutale. La force de sa stratégie est immense. En un instant, les oppositions se sont évaporées, les lignes de résistances institutionnelles sont tombées, les Etats ont abdiqué. Il n’y aurait aujourd’hui plus qu’un marché absolu global  et un marché très prolifique de la collaboration ou les équarisseurs des conquêtes sociale [...]

Quelle connerie la guerre !

Quelle_connerie_la_guerre_-2(Par ARTHUR PORTO) Quand il l'a écrit, Prévert (*), on était sortis de la guerre. On vient de la commémorer en se disant que depuis 60 ans nous vivons en paix. Nous oui, mais pas le monde! Et on pourrait répéter encore que la connerie continue et pour les marchands de canons et les propagandistes de fanatismes les affaires prospèrent toujours. Ce week-end, le Forum des Images a intégré dans son cycle, six films sous le thème de l'enfant et la guerre. Et ce lieu qui, en plein quartier des Halles à Paris, contribue à développer le goût, le plaisir du [...]

Vous me mettrez un peu de misère et beaucoup de précaires

lapinLa peur du pire est ce qui nous sert au jour le jour de lien social. Nous nous tenons tranquilles et avalons impassiblement toutes les couleuvres possibles parce que les deux options politiques que nous voyons fleurir au quotidien sont le cynisme et le simulacre. Les riches sont encore plus riches et ils en veulent encore plus. En fait, la phase d’accumulation du capital n’a pas de fin. Genève pille allègrement les poches des pauvres pour compenser les cadeaux fiscaux qu’il a accordés aux fortunés. Le Valais pleure la misère et taille dans l’école, parce qu’un Conseiller d’Etat a été réélu en promettant une baisse d’impôts. En France on gémi [...]