La vie publique de quelqu’un doit-elle être privée ?

Slobodan Despot, le chargé de communication du chef du BFS, a commis vendredi soir sur Canal9 un lapsus de toute belle facture : « Il n’y a rien de plus violent que de déballer la vie publique de quelqu’un ». Tout un chacun aura compris que l’auteur du miel, voulant stigmatiser le fiel des autres, avait voulu exprimer l’idée selon laquelle le déballage public de la vie privée d’autrui était un acte d’une violence inouïe. Avec Monsieur Despot on va l’admettre, tout en le rendant attentif au fait que ce n’est pas du tout ce qu’il a publiquement énoncé.

Slobodan Despot, le viré du Nouvelliste

Appartenir à la communication d’Oskar Freysinger, être partiellement attaché à la fonction publique, telles sont les deux raisons conjointes qui ont conduit la  direction et la rédaction en chef du Nouvelliste de virer, avec honneurs et compliments, Slobodan Despot des chroniqueurs du journal. Une décision de forme qui affaiblit l’intelligence du journal, qui est une preuve certaine de la dégradation de l’écriture de ce quotidien et la démonstration que le formalisme irréfléchi est le plus sûr chemin vers l’idiotie partagée.