POURQUOI LES JOURNALISTES D’INVESTIGATION N’EXISTENT-ILS PAS EN VALAIS ?

Un journaliste d’investigation est une sorte d’enquêteur qui va gratter sous le vernis pour y chercher les petites bêtes qui déplaisent et décrire leurs comportements à ceux qui n’auraient pas même imaginé leur existence. Un journaliste d’investigateur est un fouineur, un dérangeur, un empêcheur de tourner en rond, un emmerdeur. Il ne va pas accepter l’approximation, la manipulation, l’instrumentalisation. Il va dénicher la vérité dans les replis obscurs du mensonge. Il interrogera pour comprendre, non pour complaire. Ses papiers seront sans concession et profonds. Il n’exclura ni le détail, ni l’approximation, s’il pressent que ces outils de pensée peuvent révéler ce que d’aucuns veulent lui cacher. 

L’horreur sur un piédestal : stop à la surmédiatisation du terrorisme

Télés, journaux, sites d’information, réseaux sociaux… Le terrorisme a complètement inondé notre espace médiatique, toujours plus friand de contenus violents.  Si elle se vend bien et qu’elle fait exploser l’audimat, la violence surmédiatisée contribue pourtant à créer un climat bien plus anxiogène qu’il ne l’est en réalité. Et – plus grave encore – elle fait le jeu des organisations terroristes en leur offrant la meilleure des publicités gratuites.