L’attaque de Salez sur Twitter : entre paranoïa et désinformation

340Le petit village de Salez, dans la vallée du Rhin saint-galloise, s’apprête à retomber dans l’oubli. Déjà plusieurs jours que les médias ne parlent plus de l’attaque survenue le 13 août dernier dans un train régional. Une attaque que la « fachosphère » avait pourtant mis beaucoup d’ardeur à faire passer pour le premier attentat islamiste sur sol helvétique. Dans un climat terroriste tendu, décryptage d’un phénomène en croissance.

DE LA DIFFERENCE ENTRE UN TUEUR FOU ET UN ISLAMISTE

201202150910(PAR GAVROCHE)   C'est si facile de se tromper, mais il y a un moyen simple de les reconnaître.   Sachons faire la différence entre un tueur fou et un terroriste islamiste.   Le tueur fou pète un câble, et sans aucune raison, se met soudain à tirer sur des gens innocents qui ont le malheur de se trouver près de lui. Parfois, il peut utiliser un avion, parce qu'il est pilote. Il n'est pas vraiment affilié à une organisation.   Pas de doute, ce type est dingue, il est déprimé, il est au chomedu ou sa femme l'a largué comme une vieille chaussette. Il s'est servi de son arme (ou d'un avion) pour tuer des gens.   [...]

A Manuel Valls: Vous n’avez rien fait contre le terrorisme. Texte avec Edouard Louis

valls-terrorisme(PAR GEOFFROY DE LAGASNERIE)   A Manuel Valls : "Ce que vous répétez après chaque attaque est faux et mensonger : il n'est pas exact de dire que « tout a été fait » et que toutes les mesures de sécurité ont été prises. Rien n'a été fait. Vous n’avez rien fait contre le terrorisme. Car rien n’a été entrepris contre les causes de la violence politique et sociale, et contre les structures qui l'engendrent". Geoffroy de Lagasnerie et Edouard Louis : A Manuel Valls. Vous n'avez rien fait contre le terrorisme.

ATTENTATS. PLUS EXTREMISTES QUE RELIGIEUX

Les récents attentats en France et en Allemagne sont de nouvelles manifestations d’extrême violence qui produisent une grande tristesse, surtout pour les innocents qui ont été fauchés sans aucune raison (sinon celle qu’ils n’étaient pas des adeptes d’une version extrémiste de la religion des assassins, ou qu’ils vivaient ou séjournaient dans un pays considéré comme ennemi). La première réaction est à la fois de colère contre les assassins, de respect pour les victimes et de sympathies pour leurs proches. Elle est aussi de solidarité avec l’immense majorité des musulmans rejetant sans réserve les comportements terroristes comme contraires à leur religion.

Corse : ni peur, ni guerre interconfessionnelle, ni islamisme radical

82788939_o(PAR LILIANE VITTORI)   Double riposte politique en Corse, face aux attentats meurtriers commis par Daesh, qui tente d’ installer la peur et la guerre civile interconfessionnelle en Europe. Le Flnc clandestin publie un communiqué, et à l’Assemblée de Corse ce matin : débat en direct ( visible en live session) sur une motion extraordinaire concernant « la sécurité publique » et contre « l’islamisme radical ». (suite…)

L’horreur sur un piédestal : stop à la surmédiatisation du terrorisme

6a00d8341c391553ef00e54f3d23258833-640wiTélés, journaux, sites d'information, réseaux sociaux… Le terrorisme a complètement inondé notre espace médiatique, toujours plus friand de contenus violents.  Si elle se vend bien et qu'elle fait exploser l'audimat, la violence surmédiatisée contribue pourtant à créer un climat bien plus anxiogène qu'il ne l'est en réalité. Et - plus grave encore - elle fait le jeu des organisations terroristes en leur offrant la meilleure des publicités gratuites.

Nice : Un hommage très douteux

x870x489_victimes-nice.png.pagespeed.ic.RDrkz4sJ_c(Par FICANAS)   Je sais qu’en écrivant ces lignes, je vais me faire détester par de nombreux lecteurs. Je n’étais pas sur la promenade des Anglais le 14 juillet. Mais la nuit en voyant les images à la télévision et en suivant les informations j’étais bouleversé. Chaque fois que je parle de ce drame, les larmes me montent aux yeux et depuis, quand je descends à Nice en voiture, je ne peux pas emprunter ce tronçon de la promenade. Je tourne à Magnan et je file vers la voie rapide. J’ai assisté aux obsèques d’une petite fille, c’était dur, très dur.